top of page

Sortie à Pen Hir - Août 2023

Dans la presqu'île de Crozon, en Bretagne


Vue sur des falaises et la mer avec un ciel bleu

Les participants

9àPic

Dan, Annabelle, Lilian, Aurélien, Lauriana, Yaacov et Marion.

Accompagnants

Catherine, Romain.


Le tout petit petit point que l’on voit à peine, c’est Lilian !

Jeudi, jour de découverte

Voyage en voiture

Départ de Paris en voiture pour Dan (merci chauffeur), Catherine (merci chauffeuse), Annabelle, Yaacov et Marion à 7h30 (ça pique). Après quelques courses alimentaires sur la route et un petit pique-nique frugal, arrivée à Camaret-sur-Mer vers 15h dans la maison louée (adresse: 395 rue André Antoine). La maison est spacieuse (bonne adresse à garder ! avec un trampoline pour les plus foufous !) et proche du site d'escalade (30 minutes à pied ou 5 minutes en voiture).

Voyage en train

Départ en TGV de Paris destination Brest pour Aurélien, Lilian, Romain et Lauriana. Train de 7h30 ou 8h30 depuis la gare Montparnasse pour arriver à temps et attraper le bus de 13h40 direction Camaret (1h30 de route). Arrivée à 15h pour l'équipe.

Découverte du site d’escalade

Les deux équipes se retrouvent à 15h dans la maison louée. Le soleil est au rendez-vous. L’enthousiasme d'escalader se manifeste donc rapidement. Le temps de réunir les affaires d’escalade, et hop, tout le monde part pour le premier site d’escalade : la « Dalle des débutants ».

La balade pour accéder au site en partant de la maison est bucolique et le paysage varié : on quitte le village aux maisons typiques bretonnes, on emprunte un petit bout de chemin dans la forêt pour aboutir sur la mer, on longe brièvement la plage pour finalement déboucher sur les falaises. Il y a pire comme marche d’approche…

La roche du site est en grès, ce qui est assez agréable à escalader pour les doigts.


Vue du secteur « Dalle des débutants »

La courte après-midi d’escalade nous aura tout de même laissé le temps de grimper quelques voies, on profite de la météo clémente jusqu’à la tombée du jour :

  • « La dalle parallèle droite 3 » (4b) : roche agréable à escalader

  • « jusqu’à la dernière goutte » (5a) : roche agréable à escalader

Le site est parfait pour une mise en jambe, sans compter l’incroyable vue sur une mer parfois turquoise.

On en profite également pour revoir les manips de rappel. Il est effectivement nécessaire de maîtriser ces manips à Pen Hir, afin d’accéder à certaines voies. Il y a deux écoles, celles et ceux qui préfèrent placer le descendeur en haut du machard, et celles et ceux qui préfèrent placer le descendeur en bas. Bref, long débat de grimpeurs 🙂


Yaacov en pleine révision de manip’ de rappel, sous le regard (plus ou moins) attentif de Lauriana, Dan, Catherine et Marion.

Petite course de rappel entre Lauriana et Yaacov

Vendredi, avec Boris

De (presque) bon matin, l'équipe part découvrir de nouveaux secteurs.

« Dalle de Paul »

Dan, Catherine, Annabelle, Yaacov et Marion expérimentent le secteur « Dalle de Paul » afin de s’exercer dans du 4 et du 5. Les prises sont moins agréables que celles de la veille, et la fine pluie n’aide pas à l’adhérence. Heureusement, la météo s’améliore rapidement.

Quelques voies grimpées sur le secteur:

  • « Tribord » (4b)

  • « la voie blanche » (5+)

  • « Arête sud » (5a)

« Grande Falaise »

Lauriana, Lilian, Romain et Aurélien partent ce matin dans le secteur de la grande falaise avec pour objectif, Diabolo 5+***, une grande voie de 4 longueurs en 5c+ démarrant pratiquement les pieds dans l’eau. Ambiance garantie dans ce qui est annoncé comme la grande voie classique de Pen Hir.

La longue attente au rappel pour laisser passer un groupe de Hollandais nous fait partir tardivement et notre arrivée au pied de la voie coïncide avec l’arrivée de quelques petites averses de pluie bien bretonne. Heureusement, leur intensité est relativement faible et la douceur combinée au vent sèche le rocher rapidement. Les longueurs sont homogènes sur du rocher très beau. L’ambiance est folle et la voie dans son ensemble mérite sans aucun doute ses 3 étoiles. Les 4 longueurs peuvent sans problème se combiner en 3 seulement, comme Lilian et Aurélien le feront.


Romain au relais dans "Diabolo" 5c+
Lauriana dans une longueur de "Balade sur le Fil"






Aurélien, confortablement installé au pied de la "Dalle de verre"

« Dalle de verre »

Les équipes se réunissent pour le festin du midi sur le secteur “Dalle”, où l’on se fait aborder par nos compagnons du week-end, Boris et son chien, qui cherchent des partenaires d’escalade pour la journée. Boris fera dorénavant partie intégrante du groupe.

Sans attendre la digestion des sandwichs, les équipes partent en rappel rejoindre la « Dalle de verre ». Secteur un peu plus compliqué à grimper, et également à assurer, mais encore une fois dans un décor magnifique.


Lilian s’apprête à rejoindre le secteur “la dalle de verre” en rappel

Boris partage alors ses connaissances sur la mise en place de mains courantes, qui nécessitent des nœuds de papillon (et non des nœuds de 8). Les nœuds de papillon servent d'ancrage intermédiaire. Les mains courantes peuvent être utiles dans le secteur de Pen Hir, afin de sécuriser le passage des escaladeurs dans des passages considérés comme dangereux.


Nœud de papillon alpin – Wikipédia Par StromBer 09:04, 25. Mär. 2008 (CET) – https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C5%93ud_de_papillon_alpin – Photographie personnelle, CC BY-SA 2.0

Yaacov assure Boris dans une 6b (« la directissime »)

Lilian dans "Adrénaline", 6a ***

Les différentes voies escaladées :

  • « la Z » (5a) : assez rigolote à grimper! Les petites tailles sont enfin avantagées 🙂

  • Trésor Englouti (5b***) - Belle introduction à la dalle de Pen Hir

  • Adrénaline (6a ***) - Placements fins et beaux mouvements

  • La Directissime (6b ***) - Départ complexe puis suite toujours fine

Samedi, jour de grande voie

Il règne un optimisme ambiant dans la maison, qui pousse à croire en une météo bretonne clémente pour la journée. L’occasion de se trouver une jolie grande voie !

L’équipe part donc explorer un nouveau secteur « Le bocal », afin de grimper en file indienne la « Balade sur le fil », en 3 longueurs, 5A max. On recommande !


Et pour pouvoir accéder à ce secteur, on a encore besoin de la très utile manip de rappel.


Annabelle, prête pour descendre en rappel

Catherine et Dan attendent patiemment leur tour pour le passage en rappel

Lauriana et Marion, en plein démêlage de corde (ça peut être utile avant une GV…)


Le duo Dan-Annabelle, prêts à amorcer “la balade sur le fil”

Marion en pleine ascension sur "Balade sur le fil", avec un bon tirage !


Sortie de GV pour Yaacov: encore quelques pas avant de pouvoir ENFIN enlever ses chaussons !

Pêche au harpon

Pendant ce temps, Aurélien part pêcher au harpon dans la mer d’Iroise, afin de tenter de nous régaler pour la soirée. Et c’est une réussite : Aurélien attrape deux vieilles (sans jeu de mot. Il s’agit bien du poisson ☝️).


Toujours pas fatigués

Lilian, Aurélien et Sébastien (un grimpeur local cherchant des partenaires) partent dans le secteur du "Cirque des courants d’air" où se trouvent plusieurs voies annoncées comme très belles :

  • La Vigie - 5c : Magnifique, avec vue splendide au sommet

  • In Vino Veritas - 5c : Pas délicat sous le relai

  • La voie 10 - 6a : départ bien teigneux, suite facile

Toujours pas fatigués, Aurélien et Lilian partent en contrebas de ce secteur, dans la dalle noire, tandis que Romain et Annabelle décident de finir la journée par une petite "In Vino Veritas" 5c. Aurélien enchaîne "Eurydice" 6a+ dans un rocher magnifique, sombre et sculpté par les vagues qui frappent le bas du mur à marée haute, chaque prise est une petite merveille.


L’équipe se réunit le soir dans la maison pour déguster les deux vieilles d’Aurélien, yummy ! (Par souci de clarté, et de peur d’indisposer le lecteur, nous préférons spécifier qu’il s’agit toujours de poisson, hein…☝️).


Dimanche, on donne tout

Le « Cirque des courants d’air » ayant eu son petit succès la veille, nous repartons dans ce secteur avant le grand retour à Paris.


Le « Cirque des courants d’air »

Secteur magnifique, globalement à l’abri du vent ce qui n’est pas à négliger à Pen Hir, avec une forte concentration de voies dans le 5 et le 6.

Les voies escaladées:

  • « La niche » (4b)

  • « Voie 4 » (5)

  • « Pur beurre » (5b) (N’oubliez pas de faire un petit coucou aux touristes qui vous attendent (ou pas) en haut de la voie)

  • « la Dudu »

  • « voie 3 » (6a+)

  • « voie 10 » (6a) (ou la voie 11 ?!)

  • « voie 8 » (4)

  • « In Vino Veritas » (5c)

  • « la vigie » (5c) (magnifique ! Une voie coup de cœur !)

  • ...

En fin de matinée, Lilian et Aurélien partent sur le secteur phare de Pen Hir, "La Grotte". Approche exposée au-dessus des flots sur laquelle il faut s'assurer pour la dernière partie en traversée. L’objectif est "Aphrodyte", 6a+. Départ sur le fil de la grotte, en dévers. L’ambiance est grandiose avec des phoques en contrebas qui regardent, intrigués, les grimpeurs, tout en jouant dans les vagues.

Retour au bercail

On remballe le tout en milieu d’après-midi, afin d’être dans les temps pour les trains. Départ en Bus de Camaret à 17h30 pour Romain, Lilian, Lauriana et Aurélien (pour attraper le TGV de 19h22 à Brest), et de ne pas s’enliser dans les bouchons du retour de vacances pour l’équipe en voiture.

23h, Paris nous re-voilà !


Épilogue

On comprend très bien pourquoi Pen Hir est un incontournable dans la longue liste des sites d’escalade français. Escalader sur cette pointe de terre, au-dessus des flots de la Mer d'Iroise, fascine par la beauté de ce paysage hybride.


Chemin dans les plantes menant à la plage de Pen Hir, avec un début d’arc-en-ciel et un ciel couvert se dégageant

Quelques recommandations

  • Il est très utile de maîtriser le rappel pour escalader à Pen Hir.

  • Il peut être utile de prendre son maillot de bain… 👙

  • Il est très agréable de prendre un verre ou une crêpe chez Germaine en fin de journée avec vue sur mer

  • Et si vous voulez pêcher des vieilles, s’en référer à Aurélien…


SI si, certain·e·s ont tenté la baignade bretonne !

Qu’en est-il du budget ? 💰

En comptant le transport en voiture depuis Paris (covoiturage), le logement et la nourriture, il faut compter environ 180 € par personne pour le week-end de 4 jours.

Il faut plutôt compter 250 € en prenant le train.

Én kommentar


Gjest
27. feb.

Beau récit. Cela fait envie.

Lik
bottom of page